[Fiche personnage]Princesse Isthalia Dehyse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Isthalia
Voir le profil de l'utilisateur

Reine Succube




MessageSujet: [Fiche personnage]Princesse Isthalia Dehyse Lun 19 Jan - 19:44
Oyez Oyez jeunes gens !
Je viens donc présenter mon personnage : 
NOM : Dehyse
PRÉNOM : Isthalia, Merylis, Adanaëlle
SURNOM : Istha', Is' ou Princesse
ÂGE : 1466 ans (apparence 18 ans)
SEXE : femme
SEXUALITÉ : Hétérosexuelle 
------------------------------------------------------------------------------------------------------
DESCRIPTION PHYSIQUE : Isthalia est une jeune femme assez grande (1m75), fine mais avec des formes généreuse, elle a de longs cheveux de jais et des yeux d'Ivoire ainsi qu'une peau très blanche. Ses traits son fin, ses lèvres parfaitement dessiné et rouge écarlate. Elle a une démarche gracieuse mettant en avantage son physique et des manières presque "choregraphiées". En combat elle garde ses allures élégantes et souples malgré son style de combat puissant, elle très vive sur le champ de bataille et sa force est impressionnante. Quand elle attaque, elle est comme possédée et ses yeux deviennent rouge, elle peut avoir des cornes de démones ou des ailes de dragons rouges sang. Côté vêtement, elle est très coquette et adore les robes de princesses mais surtout les cuissardes à hauts talons.
DESCRIPTION MORALE : Isthalia passe assez souvent pour une femme superficielle, une peste qui n'hésite pas à briser des couples pour satisfaire sa soif de succube. Mais elle a un grand sens de l'honneur et de l'amitié elle ne trahira donc jamais une personne qu'elle apprécie. Cependant elle reste une succube et n'hésitera pas à se faire aguicheuse devant les jeunes hommes, elle a d'ailleurs tendance à donner des surnoms aux representants de la gente masculine (trésor, chéri, beau guerriers, joli cœur,...). La séduction étant dans sa nature elle a le pouvoir de charmer n'importe quel homme parfois même jusqu'à en faire un esclave dévoué corps et âme. Son rapport aux femmes est très différent, elle montre peu d'intérêt pour celles-ci et est généralement très froide avec elles appart quelques rares exceptions. Sinon elle aime se faire remarquer par des manières théâtrales, de beaux discours royaux et des entrées fracassantes mais elle manque parfois cruellement de modestie. Elle chante, danse et écris de la poésie. Elle a horreur des gens mal élevés.
------------------------------------------------------------------------------------------------------
HISTOiRE/PASSÉ :
Voici la biographie (ou background pour celles qui connaissent) d'Isthalia :

Spoiler:
 
 
        Afin de tout de suite clarifier les choses, mon nom, officiel et complet, sera le titre de cette biographie, de cette présentation, du texte qui suit.
      Je suis née dans la lointaine cité de Cerka, une ville à l'architecture qui vous semblerait bien étrange. Quand, arrivant des montagnes Ered ou de la mer Gath, vous apercevez Cerka pour la première fois, vous ne distinguez que l'immense muraille Rosalya,  semblant étreindre la cité de ses bras de pierre éclatants. Puis passant la garde des portes principales, vous découvrez la ville de jade. En effet, cette pierre est abondante dans ma cité natale et ses environs. Des palais et des tours entièrement faits de ce mineral precieux diffusent sur la ville des éclats d'un vert majestueux. La joaillerie, seule, permet de faire vivre tout le petit peuple de Cerka et c'est aussi grâce à la beauté des joyaux que mes parents biologiques (vous comprendrez l'ajout de ce terme plus tard dans mon récit) se rencontrèrent.
        Voila maintenant plus ou moins dix-sept ans, mon père, Guillereau, petit artisan joaillier devenu riche bourgeois, était occupé par un diadème que lui avait commandé une aristocrate quand une jeune femme entra dans sa boutique d'une démarche légère et élégante. Elle était de taille moyenne, fine, avec de longs cheveux de jais courant le long de son dos et des yeux couleur de soleil. Son prénom était Melidra. Elle portait de grandes cuissardes bleues nuit dont les talons claquaient le sol de marbre, une robe courte de la même couleur munie d'une traîne volant derrière elle et un corset de dentelle noire mettant gracieusement sa gorge en valeur. Elle venait faire réparer un joli sautoir d'argent orné de saphir, un bijou qu'elle tenait de sa mère. Le joailler et l'inconnue (car elle arrivait tout juste dans la region) se virent à plusieurs reprises au sujet de la restauration du pendentif mais quand celui-ci fût enfin remis à neuf, cela ne cessa point. Les jeunes êtres étaient tombés amoureux et l'automne suivant, leur union fût célébrée. Ils achetèrent une maison plus grande pour y loger tout leur amour et l'heureux événement, qui arriva neuf mois plus tard.
      C'est à l'aube du mois d'août que ma mère me mis au monde. L'or de ces yeux étincelait déjà dans les miens et mon père, qui n'avait pas eu la chance de grandir près de sa famille, fut comblé par mon arrivée. Je n'étais là que depuis une semaine et tout semblait être au mieux quand un soir, alors que rien ne le laisser présager, mon père rentra de sa boutique et me trouva seule, dans mon berceau. Ma mère avait pris ses affaires et était partie, sans explication. Le choc de mon père fût tel qu'il tomba dans une profonde dépression et me délaissa pour les jeux d'argent (heureusement une bonne voisine, ayant déjà de nombreux enfants, veilla sur moi). Peu à peu, il se couvrit de dettes de jeu, plus les semaines passaient et moins il payait. De plus son travail de joaillier, qui lui avait apporté richesse autrefois, ne lui permis bientôt plus de rembourser ses adversaires qui, après avoir été des amis de jeu, était devenus des ennemis.
    Les foudres des joueurs s'abattirent definitivement sur mon père, toujours inconsolable, un soir de juin. J'avais bientôt un an et à cet age aucun malheur du monde ne pouvait m'atteindre (c'est là un secret qu'on les jeunes enfants mais qu'ils oublient bien vite). C'est donc en cette soirée de juin, à l'heure où le soleil orne ces rayons de couleurs chatoyantes, qu'un groupe d'une dizaine d'hommes fit irruption dans notre logis, j'étais dans ma chambre, tandis que mon père, seul au salon et comme à son habitude, pleurait la disparition de ma mère, sa bien aimée. Rapidement le ton monta dans le séjour, une bagarre éclata mais mon père, sans arme et contre tous, fût bien vite exilé de la vie et s'en suivit dévastation et pillages de nos richesses par les joueurs assassins. Ne sachant pas, mon existence, ces hommes mirent le feu à l'habitat, détruisant ainsi toutes preuves de leur méfaits, et la bonne voisine (dont je vous avait déjà parlé précédemment) me secourue in extremis des flammes et fumées nocives. Malheureusement, cette pauvre femme avait déjà une grande famille à nourrir et n'avait même pas le sou pour un bambin. Elle me déposa donc aux portes d'un vieil orphelinat.
        Enfant solitaire, je ne fus jamais adoptée et les treize années passés entre les murs gris de l'orphelinat ne furent pas heureuses pour la petite fille farouche que j'étais. Les gouvernantes projettaient déjà de m'envoyer au couvent pour mes quatorze ans comme le veut le règlement. Mais elles n'en eurent pas l'occasion, je m'echappais de cette prison quelques jours avant mon anniversaire, fuyant cette triste destinée religieuse qui m'attendait. La bonne voisine, quand elle m'avait laissé là-bas, avait déposé dans mon berceau une lettre m'indiquant les informations nécessaires pour que je puisse la retrouver et découvrir mes origines. Je partis donc à la recherche de cette femme desormais veuve et seule, gravement malade. Elle me fit péniblement le récit que vous avez pu lire plus haut, et pour la remercier de toutes ces bontés qu'elle avait eu pour moi, je vécu avec elle pendant quelques semaines, jusqu'à ce qu'elle quitte ce monde. Elle m'avait laissé un peu d'argent, je fis donc acquisition de nouveaux habits et afin de vivre la vie mouvementée dont j'avais toujours rêvé, je partis m'enrôler dans les forces d'espionnage et de lutte contre le mal de Cerka.
       Après avoir passé une formation mêlant adresse, combat, stratégie et maîtrise des technologies et avoir réussi l'examen final, je fus enrôlée dans une petite brigade de protection de la cité. Plus je réussissais les missions, plus je passais dans une brigade de niveau supérieur. Les promotions s'enchaînèrent ainsi pendant deux ans et très vite je pus sortir de la cité et m'attaquer au créatures malfaisantes qui rôdaient derrière la muraille Rosalya. Cette vie d'action me plaisait et savoir que des milliers de personnes étaient en sécurité à Cerka grâce à moi et à tous ceux de l'organisation me rendais fière bien que les conditions de travail, étaient mauvaises. En effet les supérieurs, bien imbus de leur petite personne avaient tendance à traiter leurs soldats de façon cruelle, oubliant que les brigades sont les vraies guardiennes de la ville de Jade. Mais je n'avais bientôt plus à m'inquiéter de ça. Car, mes seize ans à peine passés, une mission allait changer ma vie.
       Nous étions quatre, trois hommes dont j'avais rejoins la brigade le mois dernier et moi. Nous avancions dans les ruines de l'Est, l'ancienne ville, à la recherche d'une démone qui avait été repérée le matin. Étant plus petite et plus agile nous avions decidés que je partirais en éclaireur et qu'ils me rejoindrais quand je l'aurais trouvée car explorer la zone à quatre aurait fait trop de bruit. J'avançais donc à petits pas prudents entre les restes de bâtiments calcinés et les chemins éventrés, je cherchais la créature et c'est elle qui me trouva. Tout en se changeant en un dragon noir aux larges ailes, elle se jeta sur moi et me pris entre les pattes griffues qu'étaient devenues ses jambes. Je ne vis que ces yeux d'un rouge sang. Mes compagnons, cloués au sol, tentèrent d'abattre la dragonne à l'arbalète mais sur la peau épaisse et écailleuse du monstre les pointes de fer ne faisait que rebondir. De plus mon épée, accrochée à la taille, était coincée entres les serres de la créature de feu. Comprenant que je ne pouvais pas me défendre, et sachant que crier n'aurais rien apporté, je me résolu à profiter du voyage (bien que celui-ci ne soit pas des plus agréable).
         Après quelques minutes de voyage et la cité de Cerka à peine visible à l'horizon, la dragonne s'approcha d'une zone caverneuse et me lacha en plein vol au dessus d'une cavité. Je ne pus retenir un cris, pensant finir morte sur la roche, mais j'eus la surprise de tomber dans un lac naturel dont la lumière en frapant de ces rayons la surface de l'eau illuminait les parois de pierre sombre. Quand je sortis de l'eau la démone était là, près d'un feu qu'elle avait fait naître par quelques tours démoniaques, ses yeux écarlates fixés sur moi et ça longue chevelure d'argent volant à chaque courant d'air qui traversait la grotte. Après m'être avancée, je sortis mon épée tout en déclarant que s'en était fini d'elle si elle ne me laissait pas partir. À ma grande suprise, elle rit puis me demanda si c'était ainsi que l'on remerciait une soeur de race. S'en suivit une longue discussion durant laquelle la démone, prénommée Belial, comprennais que je ne savais pas tout sur mes origines. Elle m'expliqua donc qu'elle m'avait enlevée après avoir détecté une aura démoniaque autour de moi et qu'elle me pensait poursuivie par les hommes de ma brigade. Avec ses connaissances sur les démons et ce que je savais de mes origines, nous fîmes une découverte qui allait changer ma vie... ma nature succubienne.
          En effet, les éléments que nous avions chacunes en notre possession, indiquaient clairement que ma mère était une de ces démones séductrices appelées succubes. Mon père étant lui bien humain, mes pouvoirs maléfiques ne s'étaient pas encore réveillés mais d'après Belial, en qui ma confiance grandissait peu à peu, cela n'aurait su tarder. De plus la découverte de mes origines, allait peut-être m'apporter la vérité sur l'abandon de ma mère, c'est pourquoi j'acceptais directement quand la démone, avec qui je partageais la grotte depuis déjà deux jours, me proposa de l'accompagner aux enfers, dans le royaume du démon Kerhas, son fiancé. S'en suivit quelques mois, durant lesquelles le couple des enfers m'adopta, faisant ainsi de moi une princesse (car en grands et puissants démons qu'ils étaient, ils avaient tous deux du sang royal) et une de leurs descendantes, car ma mère Belial, démone sans parents, avait toujours en pitié les êtres magiques orphelins et avait donc une quinzaine d'enfants adoptifs : de l'ange au démon en passant par la sirène, le centaure et d'autres enfants aux pouvoirs mystérieux. Je vécu donc au chateau familial, Belial m'apprit de nombreuses techniques de combat et quand elle me trouva digne d'un duel de haut niveau, elle m'offrit deux magnifiques dagues en argent ornées d'un cristal rouge, un sabre et des lames jumelles, qui me suivent désormais partout.
        C'est peu de temps après, que ma "crise" de transformation succubienne commença. La transformation d'un corps humain à celui d'une succube se fait en trois temps : durant le premier, le corps humain se gorge de l'énergie démoniaque et la future succube en devient extrêmement dangereuse, c'est pourquoi je fus attachée dans le donjon durant toute la semaine que dura cette étape, la deuxième est une transformation spirituelle, en quelques heures l'esprit humain quitte le corps de la jeune fille et son caractère peut changer du tout au tout, enfin la dernière et troisième étape est une transformation physique durant laquelle la succube obtient d'abord ses pouvoirs de séduction et change d'apparence puis pour finir ses ailes, ses cornes et autres attributs démoniaques. Seulement pour que la crise se termine, la nouvelle succube doit posséder un larmictien, une fiole magique, où elle receuille les larmes de ses proies masculines, pour en faire une eau de jouvence nécessaire à sa jeunesse et sa beauté éternelle. Cette fiole est généralement transmise par la mère de la succube.
      Vous comprendrez que c'est en cela que réside le problème, ma mère ayant disparue peu après ma naissance, je ne possède pas de larmictien et je reste donc en crise perpétuelle, entre puissance hors du commun et état de faiblesse dangereux. C'est pour cela que moi, princesse succube du royaume de Kerhas née humaine sous le nom d'Isthalia Dehyse, je quitte la prospérité des terres démoniaques et familiales. Aujourd'hui, je pars en quête d'un larmictien, objet rare et précieux nécessaire à mon état de succube. Tout commence ici, aux abords des champs de dunes Terenata, je ne sais pas quand je reviendrai, mais je reviendrai succube.
 
 
Princesse Isthalia, Merylis, Adanaëlle Dehyse du royaume de Kerhas
20 septembre 1266
------------------------------------------------------------------------------------------------------
MÉTIER : Princesse évidement !
ÉQUIPEMENT : un larmictimien d'argent (fiole magique dans laquelle elle récupère les larmes de ses victimes masculines et qui lui font l'effet d'une eau de jouvence), 2 dagues qu'elle porte attachées aux cuisses par des sangles de cuir ou des ruban de satin suivant les occasions, une paire de mitaines en cuir ou en dentelle noire avec 2 longues lames (façon Wolverine) partant des phallanges, un Phoenix blanc qu'elle a pour messager et un cheval noir nommé Meleor comme monture.
FAMILIER : une femelle Corko évoluée nommée Rávëa (rugissement en elfique) mais aussi 6 oeufs de bébés Crylasm.
------------------------------------------------------------------------------------------------------
AUTRE : Infos : les succubes sont des démones seductrices , descendantes de Lilith, affublées de cornes, d'ailes ou de pattes griffues. Elles sont la version féminine des incubes.
EDIT : Ayez de l'imagination et acceptez que les enfers sont l'univers du mal commun à tous mondes, de tous temps et toutes dimensions.
Voilà, il me semble que tout est dit mais n'hésitez pas à poser des questions.
Bien à vous, Isthalia D.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys Tremblay
Voir le profil de l'utilisateur
http://maelys-tremblay.fr

Maîtresse du Fouet




MessageSujet: Re: [Fiche personnage]Princesse Isthalia Dehyse Mer 21 Jan - 21:41
Ta fiche sera validée après que tu aies précisé une petite chose... En tant qu'humaine, elle est née sur Terre. Comment attérit-elle sur Eel ?

EDIT : Fiche validée



Si tu veux vivre, vis. Si tu veux mourir, meurs. Si tu veux rêver, rêves.
Qu'importe ce que tu veux faire, fais-le.
Fais-le par toi-même car personne ne le fera à ta place.
Personne ne t'aidera.
Personne d'autre que toi.
Alors si tu veux vivre, vis. Si tu veux mourir, meurs. Si tu veux rêver, rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Fiche d'identité] Feodora Raspakov
» [Fiche] Fairy Tail
» [Fiche] Code Geass
» [fiche]Bleach
» [Fiche] judoBoy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Berserk :: La Chambre des Jeux :: RP sans MJ :: Eldarya :: Préambule au jeu-
Sauter vers: